Quand parle-t-on de Rhum, de Rum ou de Ron ?

Depuis de nombreuses années, les Français s’affaissent sous la délectation de l’eau de vie de la canne à sucre, le rhum. Cependant, bien que le goût de ce nectar soit millésime, la consommation journalière de cette boisson spiritueuse simple a régressé. Cet élixir à base de canne à sucre venant d’Asie ou de sous-produits de l’industrie sucrière (de mélasses) est d’origine américaine où son essor est né à l’époque coloniale. Ainsi, il existe trois types de rhums bien distincts : britannique, espagnol et français.

Le rhum de style britannique

Ce type de rhum communément appelé « rum » ou « Navy Rum » est une boisson typée et plus lourde, très aromatisée aux accents épicés. Le rum blanc ou vieux, est une production industrielle à base de mélasses que l’on peut passer, en général, par deux distillations : un alambic ou à colonne (simple ou double), permettant de lui donner une consistance huileuse. Le Navy rum est produit dans de nombreuses îles telles que la Jamaïque, la Barbade et à Bélize ; également en Guyane dans la région de Demarara, colonies britanniques. En effet, les Anglais, qui sont les plus grands consommateurs de brandies et de vins importés dans les pays ennemis de l’époque, ont trouvé que cette boisson est parfaite pour remplacer les produits traditionnels.

Le rhum de style espagnol

Le rhum espagnol, connu sous le nom de « ron » ou « rhum cubain » est fabriqué principalement presque dans tous les anciens pays colonies espagnoles : Porto Rico, Cuba, la République Dominicaine ou Venezuela et dans d’autres pays d’Amérique. Le rum et ron ont le même processus de fabrication, sauf que le ron ne passe que par une seule distillation. Cette catégorie de rhum est la plus consommée au monde. En effet, elle est facile à avaler pour les novices et amateurs grâce à son goût doux et légèrement sucré. Ce rhum est également le plus utilisé dans les cocktails. Par ailleurs, produit à partir de mélasses, il est à noter que cet élixir est majoritairement fabriqué à Cuba qui était l’un des plus gros fabricants de sucre dans le monde entier. Et il est évident qu’il est doté d’usines de ron, vieux ou blanc, et adopte une nouvelle procédure de fabrication afin d’optimiser amplement la qualité du rhum. C’est de là qu’est né le « Ron Superior ». Pour cela, Cuba est devenu le troisième plus grand fournisseur de ron après la Martinique et la Guyane

Le rhum de style français

Il y a fort longtemps, le rhum est uniquement fabriqué à partir d’un sous-produit de fabrication sucrière ou de mélasses. Plus tard, le rhum agricole apparaît, sous le nom de « rhum z’habitant » aux Antilles françaises. Cet alcool est uniquement issu de pur jus de canne à sucre ou de vesou. C’est la vraie eau de vie. Il provient principalement des zones d’influence française : la Guadeloupe et la Martinique (qui ont commencé à élaborer du rhum agricole), les Antilles françaises, Marie-Galante, …. Mais, seul le rhum agricole de la Martinique a obtenu le cadre légal de fabrication ou AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), au même titre que celui de brandy. Il est à consommer blanc mais peut être vieilli en fût pour obtenir une coloration ambrée peu ou prou foncée que l’on appelle rhum vieux. Toutefois, que ce soit rhum, rum et ron, ce nectar ne doit pas être bu à plein gosier mais de façon épisodique et probablement conviviale et festive.

Comment préparer le rhum Neisson ?
Les incontournables des collectionneurs de rhums